Du côté de la magie Ducati, sous le soleil du Paul Ricard…

Ce week-end, j’ai eu l’occasion d’apprécier une journée entière de roulage sur le tracé du « driving center » du circuit Paul Ricard. Avec mon fils Val, nous avions loué deux Ducati : une Monster 821 pour moi et une Panigale 959 pour lui. Le matin, la piste était encore humide, mais, dès après la pause déjeuner, le circuit était parfaitement sec et nous avons pu piloter « libérés ». Val est bien plus rapide que moi, mais, cette fois, grâce à l’agilité de la « petite » Monster, j’ai pu rester quelquefois avec lui parce que le tracé du driving center est très sinueux et vraiment pas rapide (pour des raisons évidentes de sécurité… si vous voulez aller très vite, privilégiez le vrai tracé du circuit, là vous aurez de quoi faire !).

En arrière-plan, le grand tracé du Paul Ricard, sous un beau soleil en plus !

En arrière-plan, le grand tracé du Paul Ricard, sous un beau soleil en plus !

Cette agréable journée de roulage était également l’occasion pour moi d’essayer enfin une Ducati. En effet, avec KTM, c’était la seule marque dont je n’avais jamais essayé de moto. Alors, la légende Ducati est-elle à la hauteur de sa réalité ?
Ai-je été sensible à la « magie des motos rouges » ?
Dans l’ensemble, on peut dire que oui. Entendons-nous bien, je ne suis pas un fan-boy. J’ai essayé et apprécié des Harley, mais jamais je ne tomberais dans le travers de dire « une Harley ou rien ». Pareil pour BMW, Triumph et d’autres marques à la forte identité. Ce qui m’intéressait ici, c’était de comprendre pourquoi ces machines pouvaient susciter la passion.

Lui sur la Panigale, moi sur la Monster... ça va !

Lui sur la Panigale, moi sur la Monster… ça va !

Je n’ai roulé qu’avec la Monster. La Panigale, avec sa position de conduite sportive radicale, ne m’intéressait pas. Le feeling avec une moto repose aussi sur des points importants comme celui-là : rouler quasiment à plat ventre sur le réservoir, ça me rebute même si c’est efficace (heureusement, sur le tracé du driving center, ce n’était pas un handicap). Je dois avouer que j’ai été très séduit par cette moto qui m’a vraiment facilité les choses : souple (à condition de ne pas exagérer) et puissante (et avec un très beau bruit, ce qui ne gâche rien), la Monster est aussi redoutablement facile à placer, car elle freine bien (avec l’ABS qui se déclenche quand il faut) et tourne sans rechigner, sans que son pilote ait besoin de faire un effort pour la placer sur l’angle ou la relever. Le seul défaut que j’ai réussi à trouver, c’est juste un détail : j’aurais bien aimé avoir un indicateur de rapport engagé (j’en profite pour signaler que la boite est vraiment bonne à condition de bien appuyer sur le sélecteur pour rétrograder : j’ai eu quelques loupés à ce niveau-là, car je me contentais de « caresser » le sélecteur au lieu de bien faire le geste), ça m’aurait évité quelques erreurs dans les virages lents du tracé.

Val s'est vite bien entendu avec la Panigale !

Val s’est vite bien entendu avec la Panigale !

Val a moins d’expérience que moi de la diversité des machines et il n’avait que la Honda CBR 600 (un peu) et la Yamaha R6 (surtout) comme points de référence. Mais il a beaucoup apprécié la facilité de la Panigale qui semble moins exigeante que la R6 : la souplesse et la disponibilité du bicylindre desmo permettent d’éviter d’avoir à cravacher comme avec la R6.

La Monster est tellement "facile", qu'on est vite à l'aise dessus...

La Monster est tellement « facile », qu’on est vite à l’aise dessus…

Au final, nous avons passé une journée sublime, sous le soleil et avec des machines envoutantes. Rouler sur circuit est quand même la meilleure façon de découvrir des motos sportives, sans conteste.

Cette journée de roulage était encadrée (très bien) par 4G moto. Nous avions déjà fait un stage avec l’école De Radigues qui est également très bien. Voilà des adresses que je vous recommande…