Plus de 400 € pour un casque jet, est-ce raisonnable ?

Certains tentent de trouver la moto idéale (et quel motard d’expérience n’a-t-il pas été tenté de prendre ce chemin ?), moi, je vise un but un peu plus modeste : trouver le casque idéal !

Mais, en fait, c’est comme pour la moto idéale : c’est une quête qui est vaine car cet idéal n’est évidemment pas généralisable (en clair, la moto idéale pour moi ne le sera pas pour vous et ainsi de suite…). Ceci précisé, je vais tout de même vous conter mes dernières tribulations en la matière…

Après avoir bien travaillé sur mon Bell Bullit, j’ai de nouveau une période Jet !

Ce petit joint orange sert à obstruer la fente de la boucle qui tient l'aimant qui était trop ample d'origine...

Ce petit joint orange sert à obstruer la fente de la boucle qui tient l’aimant qui était trop ample d’origine… Dieu est dans les détails dit-on !

En effet, lors du stage « Flat track », j’ai pu utiliser mon Bell 500 jaune (celui avec la déco Yamaha USA des années 70…). J’ai également un autre Bell 500 en Floride et c’est ce casque qui est à l’origine du titre de mon livre et de ce blog…

DAY2-307

DSC_5359

Le Bell 500 « Freedom Machine » à côté d’un Arai déjà un peu ancien…

Bref, quand j’ai remis mon Arai Chaser V pour rouler en Savoie, j’ai eu une sensation de confinement plutôt désagréable… Au diable l’intégral, vive le jet !

C’est donc sur mon Shark Nano que j’ai installé le dispositif Cardo Rider afin de pouvoir discuter avec Dom pendant nos balades.

Celui-là, j’avoue, je l’ai choisi à cause de sa déco avec la mention « The freedom Instinct » qui me semblait bien dans la ligne de Freedom Machine…

Mais, à l’usage, je n’étais pas complètement satisfait de ce casque : la qualité de fabrication n’est pas tout à fait à la hauteur de ce que fait Arai ou Shoei par exemple et quand on manipule les garnitures intérieures, il est difficile de pouvoir les remettre exactement comme elles étaient à l’origine. De plus, le système de fermeture de l’écran est un peu frustrant : il faut vraiment verrouiller l’écran pour ne pas avoir des filets d’air dans les yeux et même ainsi, l’isolation n’est pas vraiment bonne. Pire, il faut utiliser les deux mains pour déverrouiller le bazar !
Enfin, j’ai fini par casser l’écran (fixation côté droit) à force de le manipuler lors de l’installation du Cardo Rider. Je ne suis pas en train de trasher Shark (une marque française que j’aime bien puisque j’ai aussi un intégral de chez eux), mais j’ai compris que j’étais prêt pour tenter autre chose…

En lisant des essais et en regardant des vidéos sur Youtube, un favori s’est dégagé : le Shoei J-Cruise.

Le Shoei J-Cruise en noir brillant.

Ce casque semblait vraiment bien sous tous les rapports sauf un détail… Le prix !
En effet, alors que le Shark Nano est proposé autour de 200€ (plus ou moins selon les décos…), le J-Cruise lui réclame 425€… ça fait tout de même une différence !

Du coup, j’ai hésité et puis je me suis lancé : la quête du casque idéal ne doit pas être stoppée pour une question de prix !

J’ai commandé le mien à icasque.com et j’ai transféré le Cardo Rider dessus dès que je l’ai reçu. L’essai statique m’a donné une bonne impression : bonnes finitions, sensation de confort élevée, une bonne « première impression » quoi… Mais, en matière de casque, on sait bien que le test statique compte peu car, honnêtement, ma première impression sur le Shark Nano était tout aussi bonne.

Alors, vais-je faire durer le suspense plus longtemps avant d’annoncer les résultats de mes essais dynamiques ?
Certes non ! J’ai même poussé le vice jusqu’à tester de nouveau mes différents casques intégraux afin d’avoir des repères en matière de bruits ambiants et de circulation d’air. Commençons par ce qui m’irritait le plus avec le Shark Nano les filets d’air derrière l’écran. Sur ce point le Shoei J-Cruise l’emporte haut la main : une fois l’écran baissé et verrouillé, c’est la plénitude totale !
Encore mieux : l’écran se déverrouille d’une seule main, bravo !

Là où j’ai été un poil déçu, c’est sur les bruits ambiants : le Shoei J-Cruise ne fait pas mieux que les autres. Mais, il est important de préciser que tous les casques (ou, du moins, tous mes casques) sont bruyants. Revenons sur les éléments positifs : les points d’aérations semblent efficaces (on sent la différence entre ouverts et fermés…) et, surtout, se laissent manipuler facilement d’une seule main avec le casque sur la tête… L’écran solaire est efficace et la boucle de fermeture est facile à manipuler.

Pour finir, pourquoi avoir retenu le Shoei J-Cruise plutôt que le Arai SZ qui navigue lui aussi dans la même zone de prix (voire même encore plus cher !) ?
Eh bien parce que Shoei m’a paru avoir une attitude moins dogmatique qu’Arai. Je m’explique : Shoei propose un écran solaire intégré alors qu’Arai s’y refuse toujours. Shoei propose une boucle de fermeture rapide alors qu’Arai en reste toujours au double-D (tout de même moins pratique). Je veux bien qu’on ait certains principes et qu’on les défende, mais il faut aussi savoir suivre le progrès. Sur ce point, Shoei me semble plus ouvert qu’Arai.

En conclusion, ce casque Jet vaut-il les 425€ demandés ?
Pour ma part, ce sera un oui raisonné. Certains penseront « jamais de la vie ! » et ils auront raison aussi. Quand on recherche vraiment des prestations haut de gamme, il faut être prêt à en payer le prix et, dans ce cas, le rapport qualité/prix est toujours plus difficile à justifier, surtout quand des concurrents proposent des produits qui paraissent équivalents (et tout est dans cette nuance…) pour la moitié du prix…